La Toilette Rituelle Musulmane – At Taghsil

Pompes Funèbres Musulmanes ASSAKINA Bordeaux -Mérignac, Nouvelle-Aquitaine

La Toilette Rituelle Musulmane – At Taghsil

بسم الله الرحمن الرحيمو الصلاة و السلام على أشرف المرسلينو على اله و اصحابه أجمعين

Bismillah al-Rahman al-Rahim,wa salatu wa salam ‘ala ashraf al-mursalin, wa ‘ala alihi wa sahbihi ajma’in

Au nom d’ALLAH le miséricordieux le plus miséricordieux, que les louanges d’ALLAH et la paix soit sur le plus noble des messagers, sur sa famille et tous ses compagnons

Le lavage rituel musulman est certes une grande responsabilité car il fait partie des droits de nos frères et sœurs, mais c’est également un grand honneur qu’ALLAH accorde à nos équipes de frères et de sœurs (qu’ALLAH les récompense) dévoué(e)s à l’accomplissement de ce noble devoir, des équipes expérimentées et équipées de tout le matériel nécessaire afin de faire face à toute les situations In shaa ALLAH.

Nous explorons ci-dessous quelque facettes de cette noble tache qu’est la toilette rituelle musulmane

Les Origines du lavage

D’après Oubay Ibn Ka’b (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Lorsque Adam est mort, les anges l’ont lavé en nombre impair (*) avec de l’eau, ils ont creusé en largeur dans la tombe et ils ont dit : Ceci est la sounna de Adam pour ses enfants ».

(Rapporté par Al Hakim et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Al Jami 5207) – (*) C’est à dire qu’ils ont lavé chaque membre en nombre impair.

عن أبي بن كعب رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه وسلم :  لما توفي آدم غسلته الملائكة بالماء وترا ، و ألحدوا له ، و قالوا :  هذه سنة آدم في ولده

(رواه الحاكم و صححه الشيخ الألباني في صحيح الجامع رقم ٥٢٠٧)

Le lavage rituel

Qui peut laver ?

Les hommes seront charger de laver les hommes et les femmes de laver les femmes, quand aux enfants il n’y a pas de distinction en dessous de l’âge de 7 ans (avis retenu).

La priorité sera donner aux personnes désignés dans le testament, sinon aux membres de la famille à condition que ceux-ci connaissent les règles et conditions du lavage, sinon on désignera les personnes qui seront à même de faire le lavage en respectant les règles et conditions.

« La priorité revient à la personne qui a été désignée dans le testament du défunt. Si personne n’a été désigné, il n’est pas nécessaire que la personne qui lave fasse partie de la famille, du moment qu’elle est une personne digne de confiance, bonne et expérimentée. » (Fatwa de Chaykh Ibn Baz tirée de son recueil de fatwa – Tome 13, page 107)

C’est pourquoi afin de réunir ces éléments nous proposons aux familles d’assister nos équipes lors du lavage afin que celles-ci puissent être présentes, participer et apprendre, cela représente souvent une grande aide pour le deuil.

Les époux peuvent se laver mutuellement

Il est permis à chacun des époux de laver l’autre. C’est valable même pour la femme qui observe un délai de viduité suite à une répudiation réversible.

La permission donnée à l’homme de laver le corps de sa femme s’atteste dans ce hadith d’Aicha (P.A.a) selon lequel 

Le Messager d’Allah (Bénédiction et salut soient sur lui) rentra d’un enterrement effectué à Baqui’ à un moment où je souffrais de maux de tête et disais : oh, ma tête ! Il dit : moi-aussi oh ma tête ! Tu ne perdrais rien si tu mourais avant moi et que je te lavais, te enveloppais dans un linceul, te faisais la prière funéraire et t’enterrais.  (Rapporté par Ahmad (25380) et par Ibn Madjah (1456) et jugé authentique par Cheikh al-Albani dans Sahih Ibn Madjah (1/247).

D’après Asmaa bint Oumays (P.A.a) Fatima avait recommandé qu’Ali  (P.A.a) lui fasse la toilette mortuaire. » (Rapporté par Chafii (1/312) par ad-Daraqouti (2/79) et par al-Bayhaqui (3/396). Sa chaîne de transmission est jugée bonne par ach-Chawkaani dans Nayl al-Awtaar (4/35).

Quant au fait pour la femme de laver le corps de son mari, il s’atteste dans un hadith d’Aicha (P.A.a) dans lequel elle dit :  

Si c’était à refaire, ce seraient les femmes du Prophète (Bénédiction et salut soient sur lui) qui s’occuperaient de sa toilette mortuaire.  (Rapporté par Abou Dawoud (3141) et jugé authentique par Cheikh  al-Albani (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) dans Ahkam al-djanaaiz (1/49).

Pour se faire nous recommandons à l’époux / épouse d’être accompagné(e) de ses mahram*, le nombre de 3 ou 4 selon la corpulence de la personne étant confortable pour l’exécution de la toilette dans de bonnes conditions. 

*le mahram est toute personne qu’une femme par exemple ne pourra jamais épouser, soit pour la parenté (le père , le grand père , le fils , le fils du fils, etc. Les oncles paternels, les oncles maternels, le neveu et la nièce) soit pour l’allaitement comme le frère par l’allaitement et le père par l’allaitement (l’époux de la nourrice), soit par alliance (le mari de la mère, le père du mari, son grand père, etc. le fils du mari, le fils de son fils, etc. Idem pour l’homme

Pour plus de détail : https://islamqa.info/fr/answers/5538/qui-sont-les-mahram-en-presence-desquels-la-femme-peut-se-decouvrir

L’importance du lavage

D’après Abou Rafi’ (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui lave un croyant et ne dévoile rien le concernant (*), Allah lui pardonne quarante fois. Celui qui creuse sa tombe et le met dedans il a la récompense équivalente au fait de lui avoir donné un logement dans lequel il l’aurait abrité jusqu’au jour du jugement. Et celui qui le met dans son linceul, Allah l’habillera le jour du jugement de soie et de brocart du paradis ».

(Rapporté par Al Hakim et authentifié par cheikh Albani dans Ahkam Al Janaiz p 69)

(*) C’est à dire de ce qu’il a pu voir de son corps lors du lavage ou de choses que si elles étaient décrites pourraient être mal interprétées et nuire à l’honneur de notre frère ou notre soeur.

عن أبي رافع رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : من غسل مسلما فكتم عليه غفر الله له أربعين مرة ومن حفر له فأجنه أجري عليه كأجر مسكن أسكنه إياه إلى يوم القيامة ومن كفنه كساه الله يوم القيامة من سندس وإستبرق الجنة

(رواه الحاكم و صححه الشيخ الألباني في أحكام الجنائز٦٩)

 

L’obligation de laver nos défunts (Fard Kifaya = obligation communautaire*)

Cette obligation est déduite dans beaucoup de ahadîth (Sunnah : Traditions prophétiques), mais nous n’en citerons que 2 :

Le premier :

 D’après ‘Abdallah Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée lui et son père) : Un homme qui faisait la station à ‘Arafat (1) avec le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) tomba de sa monture et mourut sur le coup.

Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Lavez-le avec de l’eau et du sidr (2), enveloppez-le dans ses deux habits (ihram), ne lui mettez pas de parfum et ne couvrez pas sa tête car il sera certes ressuscité le jour du jugement en faisant la talbiya (3) ».

(Rapporté par Al Boukhari dans son Sahih n°1265 et Mouslim dans son Sahih n°1206)

(1) ‘Arafat est le nom d’un endroit proche de La Mecque ou se déroule un des rites du hajj le 9e jour du mois de Dhoul Hijja.

(2) Il s’agit de feuilles d’arbre de jujubier que l’on met dans l’eau.

(3) La talbiya est une parole de rappel d’Allah qu’il est recommandé à ceux qui font le hajj et la ‘omra de beaucoup prononcer.

Il est mentionné que le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) ajouta : « Prenez comme linceul ses deux vêtements, ne lui couvrez pas sa tête et abstenez-vous de le parfumer car il sera ressuscité le jour du jugement en faisant la talbiya » Les deux vêtements dont il est question ici sont le rida et l’izar que porte celui qui est en état de sacralisation (ihram)

Le second :

Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui)  a dit aux femmes qui s’occupaient du lavage de sa fille Zaynab (Raa) : « Lavez-la trois fois, cinq fois ou sept fois » (Rapporté par Boukhari et Mouslim).

Le nom de Zaynab est mentionné dans la version de Mouslim alors que les autres versions parlent de sa fille sans préciser son nom et il est bien connu que les filles du Prophète (Raa) décédées de son vivant sont au nombre de trois : Zaynab, Ruqayya et Umm Kulthum (Raa).

*  « Fardh kifaya » est une ordonnance divine, obligatoire pour la communauté musulmane dans son ensemble. Cette ordonnance collective est considérée accomplie, si elle est exécutée par quelques membres de la communauté.

Déroulement du lavage

1 – Vider ce que contient le ventre du défunt :

Lorsqu’on lave un défunt, le but de ce lavage est de le purifier et la première chose à faire est de vider ce qu’il y a dans son ventre. Cela se fait soit en mettant la main sous sa tête et le soulevant jusqu’à le mettre presque en position assise puis en commençant à masser très doucement son ventre afin de faire sortir ce que ce dernier contient, soit en massant le ventre avec son avant bras en laissant le défunt en position allongé car parfois après plusieurs jours dans un chambre mortuaire le corps peut être froid et raide et en forçant nous risquons de blesser ce qui est HARAM interdit.

De même, on évitera les gestes brusques ou pouvant faire mal en temps normal à une personne vivante, ainsi que de frotter trop fort lors du lavage.

D’après Aicha (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Casser un os d’un mort est comme le casser alors qu’il est vivant ».

(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°3207 et authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de Sounan Abi Daoud)

 

2 – Nettoyer les parties intimes :

On déshabillera le/la defunt(e) en prenant soin de recouvrir les partie intimes (Awra) avec un tissu de préférence sombre (drap ou une serviette) qui sera non transparent une fois mouillé.

En effet, à la mort du Prophète(saws) Aïsha (raa) rapporte que lorsque les gens voulurent laver le corps du prophète (saws) dirent : « Par Allâh ! Nous ne savons pas s’il faut dénuder le Messager d’Allâh (saws) comme nous dénudons nos morts ou non ? »Hadith authentifié par Chaykh alAlbânî dans ahkam jana-ïz.

La awra (partie intime), définition :

– Pour l’homme : du nombril (inclus) jusqu’au bas du genou*

– Pour la femme : du haut de la poitrine jusqu’au bas du genou*.

 *Avis retenu une variante n’inclût pas le genou

 Chaykh ‘Utheymine (rahimahou ALLAH) a dit que l’avis correct est de retirer les habits du défunt en couvrant la partie de la ‘awrah qui se situe entre le nombril et les genoux. (Sharh alKaafi – Extrait de la fatwa 155975 du site Islamqa)

On nettoie les parties intimes sans jamais regarder sous le drap/Serviette, avec des gants de toilettes à usage unique (on en mettra 3 ou 4 pour avoir une épaisseur), un gant de toilette classique de couleur claire ou bien on enroule du tissu de couleur claire également, ainsi on saura que les parties intimes sont propres lorsque le ou les gants sera clair. On répétera l’opération aussi longtemps que nécessaire.

 

3 – Le lavage débute avec les « petites » ablutions :

Il est recommandé de commencer en procédant aux petites ablutions dans un premier temps, Les membres des ablutions sont au nombre de quatre : Le visage, les mains, la tête et les pieds.

Concernant le visage, les savants disent qu’on ne doit pas introduire d’eau dans son corps. On lave son visage, passe de l’eau sur sa bouche, voire rentrer son doigt dans sa bouche afin de l’humidifier et frotter ses dents. Idem pour les narines car il peut y avoir des réactions dans le ventre et faire sortir de son corps des choses qui ne devraient pas en sortir.

 

4 – On poursuit avent les « grandes » ablutions (le ghousl)

Puis on passe aux grandes ablutions en commençant idéalement par la droite, à partir de la tête en descendant puis on passe au côté gauche.

« Commencez par ses parties droites et les membres de ses ablutions.» – Sahih Boukhari (1255)

L’obligation est de laver le/la défunt(e) une fois avec de l’eau, toutefois il est recommandé de laver le défunt de manière impair 3,5,7,9… autant de fois qu’il sera nécessaire.

Selon Ummu `Attiyya’, le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) est entré alors que nous lavions sa fille et a dit : « Lavez-la trois fois, cinq fois ou bien plus si vous en voyez la nécessité, mais lavez-la avec de l’eau et du jujubier et mettez dans l’eau que vous utiliserez pour le dernier lavage du camphre ou un peu de camphre. Puis lorsque vous aurez terminé, appelez-moi ». – Sahih Boukhari (1258)

Les lavages pairs se font avec des feuilles de jujubier (sidr)* qui est un shampoing naturel, puis le dernier, l’impair avec du camphre (Kafour) qui parfume et est également un répulsif naturel pour les bêtes et autre charognard.

Si l’on n’a pas de Sidr, on peut le remplacer par un savon, gel douche ou autre solution lavante, de même que pour le kafour on peut le remplacer par une eau parfumée (eau de rose, d’oranger ou autre parfum…).

On fera idéalement 3 nattes avec les cheveux de la femme :

Selon Ummu ‘Atiyya (Raa) : Et nous avons fait de ses cheveux trois nattes (les cheveux de Zaynab (Raa) une de chaque côté et un autre derrière. » (Rapporté par Al Boukhari, Mouslim, et An-Nassa-i)

La sunnah est de rassembler les nattes et les mettre derrière la tête de la défunte. Cela est cité le hadîth d’Ummu ‘Atiyya (Raa) : Nous avons fait trois nattes et nous les avons mis derrière elle. » (Rapporté par Al Bukhaari & Muslim)

 

4 – On parfumera le défunt avant la mise en linceul :

Le défunt est ensuite séché puis on parfumera en priorité les membres qui touche le sol au moment de la prosternation (front-nez, intérieur des mains, genoux, intérieur des pieds) avec du musc ou autre parfum, il n’ya pas de mal a parfumer le reste du corps (visage complet, torse…) une fois ces parties faites en priorité.

Voilà pour la partie toilette rituelle musulman en résumé, ensuite on procèdera à la mise en linceul – At takfin avant d’effectuer la salât Al janaza – prière funéraire et enfin l’enterrement – At tadfin

Wa ALLAHU A3lem / ALLAH et le plus savant

Pompes funèbres Musulmanes ASSAKINA

Bordeaux – Mérignac, Nouvelle-Aquitaine
Avenue du Maréchal Juin – Centre commercial « Le Burck » 33700 Mérignac

Permanence : 24h/24 – 7j / 7 : 06 30 62 87 02

Fixe : 05 56 35 95 09 / Fax : 05 32 00 12 42

mail : contact@pfmassakina.com