Permanence décès : 24h24 - 7j/7 - 06 30 62 87 02 contact@pfmassakina.com

Pompes funèbres Musulmanes ASSAKINA

Bordeaux -Mérignac, Nouvelle-Aquitaine

Nos rites

funeraires

Dans le Respect du coran et de la sounnah

Layssa Al gharib

par Mishary Alafassi

Vous trouverez dans ces sections, quelques rappels de nos rites funéraires; avec quelques preuves tirées du Coran et/ou de la sunnah nous avons ajouté également quelques conseils pratiques liés au funéraire.
A savoir que plusieurs points peuvent être soumis à divergences selon l’école juridique (Malikite, Hanbalite, Shafi’ite, Hanafite), divergences qui alhamduLILAHI ne se contredisent pas à partir du moment où celles-ci sont supportées par une preuve juridique islamique acceptable tirée : du Coran, de la sounnah ou du consensus des savants*
*Le Consensus, c’est le fait que tous les Mujtahidûn (Savants aptes à émettre des avis religieux basés sur l’effort d’interprétation des textes Coraniques et/ou prophétiques) de la Umma, à un moment donné du temps qui va du décès du Prophète (que le Salut et la paix d’ALLAH soit sur lui) jusqu’à la fin des temps, soient unanimes sur un jugement islamique (hukm shar’î), au sein d’une même école juridique ou bien inter-école.

La preuve est que le Prophète (qu’ALLAH soubhanahou wa ta3ala le bénisse et le salue) a dit :
« ALLAH ne rassemblera jamais ma Umma (ou sur la Oumma de mohamed (صلى الله عليه وسلم)) sur une dhalâla (un égarement) » (At-Tirmidhî, 2167)

« عن ابن عمر أن رسول الله صلى الله عليه وسلم قال:  » إن الله لا يجمع أمتي – أو قال: أمة محمد صلى الله عليه وسلم – على ضلالة

D’autres versions existent (voir Irshâd ul-fuhûl, p. 290). Ibn ul-Humâm a affirmé que ce propos est rapporté du Prophète (qu’ALLAH soubhanahou wa ta3ala le bénisse et le salue) au tawâtur ma’nawî (Ussûl ul-fiqh il-islâmî, 1/543, note de bas de page n° 1).

Nous avons décomposé ces sections en plusieurs étapes : Avant le décès, au moment du décès, les 4 obligations, après le décès.

Avant le décès

Avant le décès

Avant le décès : le plus important sera de bien accompagner la personne à la rencontre de son seigneur, d'invoquer pour elle et lui demander d'invoquer pour nous (si possible), car comme nous la préciser notre bien aimé (que la prière d’Allah et Son salut soient sur...

lire plus
Au moment du décès

Au moment du décès

,Se rappeler que le retour est vers ALLAH et invoqué en faveur de la personne décédée D’après Oummou Salama -Qu’Allah l’agrée- dit : « J’ai entendu le Messager d’Allah -ﷺ- dire :« Il n’y a pas un musulman qui lorsqu’il est frappé par un malheur, dit ce qu’Allah lui a...

lire plus
Après le décès

Après le décès

 Après le décès AlhamduLILAHI il faut savoir que la mort n'est pas une fin en soit ni pour ceux qui nous ont quittés, ni pour ceux qui restent. Nous pouvons être toujours utile pour nos proches décédés comme nous à informés le Prophète (que la prière d'Allah et Son...

lire plus

Pompes Funèbres musulmanes Assakina

Bordeaux -Mérignac, Nouvelle-Aquitaine

Nos rites funéraires

Vous trouverez dans ces sections, quelques rappels de nos rites funéraires; avec quelques preuves tirées du Coran et/ou de la sunnah nous avons ajouté également quelques conseils pratiques liés au funéraire.

A savoir que plusieurs points peuvent être soumis à divergences selon l’école juridique (Malikite, Hanbalite, Shafi’ite, Hanafite), divergences qui alhamduLILAHI ne se contredisent pas à partir du moment où celles-ci sont supportées par une preuve juridique islamique acceptable tirée : du Coran, de la sounnah ou du consensus des savants*
*Le Consensus, c’est le fait que tous les Mujtahidûn (Savants aptes à émettre des avis religieux basés sur l’effort d’interprétation des textes Coraniques et/ou prophétiques) de la Umma, à un moment donné du temps qui va du décès du Prophète (que le Salut et la paix d’ALLAH soit sur lui) jusqu’à la fin des temps, soient unanimes sur un jugement islamique (hukm shar’î), au sein d’une même école juridique ou bien inter-école.

La preuve est que le Prophète (qu’ALLAH soubhanahou wa ta3ala le bénisse et le salue) a dit :
« ALLAH ne rassemblera jamais ma Umma (ou sur la Oumma de mohamed (صلى الله عليه وسلم)) sur une dhalâla (un égarement) » (At-Tirmidhî, 2167)

« عن ابن عمر أن رسول الله صلى الله عليه وسلم قال:  » إن الله لا يجمع أمتي – أو قال: أمة محمد صلى الله عليه وسلم – على ضلالة

D’autres versions existent (voir Irshâd ul-fuhûl, p. 290). Ibn ul-Humâm a affirmé que ce propos est rapporté du Prophète (qu’ALLAH soubhanahou wa ta3ala le bénisse et le salue) au tawâtur ma’nawî (Ussûl ul-fiqh il-islâmî, 1/543, note de bas de page n° 1).

Nous avons décomposé ces sections en plusieurs étapes : Avant le décès, au moment du décès, les 4 obligations, après le décès.

Avant le décès

Avant le décès : le plus important sera de bien accompagner la personne à la rencontre de son seigneur, d’invoquer pour elle et lui demander d’invoquer pour nous (si possible), car comme nous la préciser notre bien aimé (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) rapporté par al Bukhari :

« Certes certains serviteurs agissent comme les gens de l’enfer or qu’il à été destiné à être de ceux du paradis, et certains agissent comme les gens du paradis or qu’ils sont destiné à l’enfer; certes les actes se valorisent que par leurs fins (ou finalités)

(1) traduction rapprochée – (1) Sous entendu que l’on peut œuvre toute sa vie dan le bien et faire une œuvre qui nous fera rentrer dans le feu et inversement, nous demandons à ALLAH de nous raffermir.

صحيح البخاري من حديث سهل بن سعد رضي الله عنه أن النبي صلى الله عليه وسلم قال : إن العبد ليعمل عمل أهل النار وإنه من أهل الجنة، ويعمل عمل أهل الجنة وإنه من أهل النار. الأعمال بالخواتيم. وفي رواية للإمام أحمد في المسند صححها الأرناؤوط : وإنما الأعمال بالخواتيم

Faire répéter la shahada a la personnes agonisante

D’après Abou Hourayra (Qu’Allah l’agrée) le Messager d’Allah (ﷺ) a dit:
Faites répéter à vos morts « lâ ilâha illâ Allâh » (1)(2)

(Rapporté par Mouslim dans son Sahih) – (1) Il n’y a pas de divinité qui mérite d’être en dehors ALLAH
(2) C’est à dire évidement à ceux qui sont à l’agonie

عن أبي هريرة، قَالَ قَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم : لَقِّنُوا مَوْتَاكُمْ لاَ إِلَهَ إِلاَّ اللَّهُ ‏‏
(رواه مسلم في صحيحه

Si la personne est en capacité de parler lui indiquer cette invocation :

Ô Allah, pardonne-moi, accorde-moi Ta miséricorde et fais-moi rejoindre Le Très Haut Compagnon.

اللَّهُمَّ اغْفِرْ لي، وَارْحَمْنِي، وَأَلْحِقْنِي بِالرَّفِيْقِ الأعْلَى

Phonétique : Allâhoumma ghfir lî, wa rhamnî, wa alhiqnî bi-r-rafîqi-l-a’lâ.

Source : Rapporté par al-Boukhari (#4440, 7/10) et Mouslim (#2444, 4/1893).

Au moment du décès

Se rappeler que le retour est vers ALLAH et invoqué en faveur de la personne décédée 

D’après Oummou Salama -Qu’Allah l’agrée- dit : « J’ai entendu le Messager d’Allah -ﷺ- dire :
« Il n’y a pas un musulman qui lorsqu’il est frappé par un malheur, dit ce qu’Allah lui a ordonné de dire : « Nous sommes à Allah et c’est vers Lui que nous retournerons. Mon Seigneur, accordes moi la récompense de mon malheur et donne-moi quelque chose de meilleure.» (1) , sans qu’Allah ne lui accorde un bien meilleur ».
Puis elle dit : « Quand Abou Salama mourut (2), je dis :
« Qui est meilleur musulman que abou Salama ?Il a été le premier à faire l’hégire avec sa famille selon l’ordre du Messager d’Allah -ﷺ- !! .
En disant cela (cette invocation) Allah m’a plus tard donné mieux, le Messager d’Allah -Prières et bénédiction d’Allah sur lui- (3) . »
Puis elle ajouta : « Le Messager d’Allah -Prières et bénédiction d’Allah sur lui- , m’a envoyé Hatib ibn abi Balta’a pour être son épouse (au Prophète -ﷺ- ), je lui répondis : « J’ai une fille et je suis jalouse.»
Il dit : « En ce qui concerne sa fille nous invoquons Allah afin qu’Il lui suffise en dehors d’elle, et j’invoque Allah pour dissiper sa jalousie. »

(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°918)

(1) En phonétique : Inna Lilahi Wa Inna Ilayhi Raji’oun Allahoumma Djourni Fi Mousibati Wa Akhlif Li Kheyran Minha

En arabe :
إِنَّا لله وَإِنَّا إِلَيهِ رَاجِعُون اللَّهُمَّ أْجُرْنِي فِي مُصِيبَتِي وَأَخلِفْ لِي خَيرًا مِنْهَا

(2) Abou Salama (qu’Allah l’agrée) était le mari de Oum Salama (qu’Allah l’agrée).
(3) C’est à dire qu’après la mort de son époux, elle s’est mariée avec le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui).

عن أم سلمة، أنها قالت سمعت رسول الله صلى الله عليه وسلم يقول ‏ « ما من مسلم تصيبه مصيبة فيقول ما أمره الله إنا لله وإنا إليه راجعون اللهم أجرني في مصيبتي وأخلف لي خيرا منها ‏.‏ إلا أخلف الله له خيرا منها ‏ »‏ ‏.‏ قالت فلما مات أبو سلمة قلت أى المسلمين خير من أبي سلمة أول بيت هاجر إلى رسول الله صلى الله عليه وسلم ‏.‏ ثم إني قلتها فأخلف الله لي رسول الله صلى الله عليه وسلم ‏.‏ قالت أرسل إلى رسول الله صلى الله عليه وسلم حاطب بن أبي بلتعة يخطبني له فقلت إن لي بنتا وأنا غيور ‏.‏ فقال ‏ « أما ابنتها فندعو الله أن يغنيها عنها وأدعو الله أن يذهب بالغيرة ‏ »‏ ‏.‏
(رواه مسلم في صحيحه رقم ۹۱۸)

Et certes ALLAH soubhanahu wa ta3ala nous à informé de cela dans SON livre dans la Sourate Al Baqarah :

155. Très certainement, Nous vous éprouverons par un peu de peur, de faim et de diminution de biens, de personnes et de fruits. Et fais la bonne annonce aux endurants,
156. qui disent, quand un malheur les atteint : « Certes nous sommes à Dieu, et c’est à Lui que nous retournerons ».
157. Ceux-là reçoivent des bénédictions de leur Seigneur, ainsi que la miséricorde; et ceux-là sont les biens guidés.

{155} وَلَنَبْلُوَنَّكُمْ بِشَيْءٍ مِنَ الْخَوْفِ وَالْجُوعِ وَنَقْصٍ مِنَ الْأَمْوَالِ وَالْأَنْفُسِ وَالثَّمَرَاتِ وَبَشِّرِ الصَّابِرِينَ
{156} الَّذِينَ إِذَا أَصَابَتْهُمْ مُصِيبَةٌ قَالُوا إِنَّا لِلَّهِ وَإِنَّا إِلَيْهِ رَاجِعُونَ
{157} أُولَئِكَ عَلَيْهِمْ صَلَوَاتٌ مِنْ رَبِّهِمْ وَرَحْمَةٌ وَأُولَئِكَ هُمُ الْمُهْتَدُونَ

Dire de bonne choses et/ou invoquer de la meilleure des manières

D’après Oum Salama (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Lorsque vous êtes en présence d’un malade ou d’un mort, alors dites du bien car certes les anges disent -amine- (*) à ce que vous dites ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°919)

(*) Le sens de -amine- est: Ô Allah exauce.

عن أم سلمة رضي الله عنها قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : إذا حضرتم المريض أو الميت فقولوا خيرا فإن الملائكة يؤمنون على ما تقولون
(رواه مسلم في صحيحه رقم ٩١٩)

Contacter un médecin (voir conseil pour les décès à domicile) qui viendras établir le certificat de décès : médecin traitant, SOS médecin, SAMU, SMUR …

On couvrira le défunt d’un drap, ou tout tissus pouvant couvrir le corps INTEGRALEMENT, peu importe la couleur. Afin de préserver l’intimité de nos frères et sœurs avant et/ou après le passage du médecin.

Pour une meilleure conservation le temps de la prise en charge par vos pompes funèbres musulmanes ASSAKINA(voir le décès à domicile) quelques conseils :

  • fermer les portes, fenêtres pour éviter le renouvellement d’air.
  • on bouchera les orifices du nez et/de la bouche (si possible), afin que des insectes ne s’y introduisent pas et y pondent des oeufs.
  • privilégier les bougies qui permettent de consommer l’oxygène de la pièce à l’éclairage électrique.
  • Eviter d’être trop nombreux dans la pièce, pour ne pas chauffer la pièce.

La famille présente pourra fermer les yeux

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « N’avez-vous pas vu que lorsqu’une personne meurt son regard se lève ? ».
Ils ont dit : Certes oui.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Ceci est lorsque son regard suit son âme (*) ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°921)

(*) C’est à dire que le regard suit l’âme qui est sortie du corps.

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال النّبيّ صلّى الله عليه وسلّم: ألم تروُا الإنسانَ إذا مات شخَص بصرُه؟
قالوا: بلَى
قال النّبيّ صلّى الله عليه وسلّم: فذلك حين يتبعُ بصرُه نفسَه
(رواه مسلم في صحيحه رقم ٩٢١)

Egalement fermer la bouche du défunt (si possible) a l’aide d’un tissu si le besoin s’en fait ressentir, et lui positionnera les bras le long du corps pour faciliter la mise en linceul avant l’arrivée de la rigidité du corps.

Évidement on ne forcera pas au risque de casser les os de notre proche cela est interdit (Haram) :
D’après Aicha (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Casser un os d’un mort est comme le casser alors qu’il est vivant ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°3207 et authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de Sounan Abi Daoud)

عن عائشة رضي الله عنها قال النبي صلى الله عليه وسلم : كسر عظم الميت ككسره حيا
(رواه أبو داود في سننه رقم ٣٢٠٧ و صححه الشيخ الألباني في تحقيق سنن أبي داود)

Il autoriser de pleurer (sans se lamenter)

On peut lire que le défunts peut être « châtier » à cause de ça, mais ici une explication s’impose :

D’après ‘Omar Ibn Al Khattab (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Le mort est châtié dans sa tombe à cause des lamentations qui sont faites sur lui ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°927 et Boukhari dans son Sahih n°1292)

عن عمر بن الخطاب رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : الميت يعذب في قبره بما نيح عليه

مسلم في صحيحه رقم ٩٢٧

on peut lire également :

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père) : Sa’d Ibn ‘Oubada (qu’Allah l’agrée) est tombé malade. Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) est allé lui rendre visite avec ‘Abder Rahman Ibn ‘Awf, Sa’d Ibn Abi Waqqas et ‘Abdallah Ibn Mas’oud (qu’Allah les agrée tous).

Lorsqu’il est rentré auprès de lui, il l’a trouvé évanoui. Il a dit : « Est-ce qu’il est mort ? ».
Ils ont dit : Non ô Messager d’Allah !

Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a pleuré et lorsque les gens l’ont vu pleurer ils se sont mis à pleurer eux-aussi.

Alors le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « N’entendez-vous pas ? Certes Allah ne châtie pas pour la larme de l’œil ni pour la tristesse du coeur mais Il châtie pour cela (*) ; et il a fait signe vers sa langue ; ou Il pardonne ».

(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°924)
(*) C’est à dire qu’Allah châtie pour les lamentations.
(Charh Sahih Al Boukhari de Cheikh Rajihi vol 3 p 287)

عن عبدالله بن عمر رضي الله عنهما قال : اشتكى سعد بن عبادة رضي الله عنه
فأتى رسول الله صلى الله عليه وسلم يعوده مع عبدالرحمن بن عوف وسعد بن أبي وقاص وعبدالله بن مسعود رضي الله عنهم
فلما دخل عليه وجده في غشية فقال : أقد قضى ؟
قالوا : لا يا رسول الله !
فبكى رسول الله صلى الله عليه وسلم
فلما رأى القوم بكاء رسول الله صلى الله عليه وسلم بكوا
فقال رسول الله صلى الله عليه وسلم : ألا تسمعون ؟ إن الله لا يعذب بدمع العين ولا بحزن القلب ولكن يعذب بهذا ؛ وأشار إلى لسانه ؛ أو يرحم
(رواه مسلم في صحيحه رقم ٩٢٤)

Si l’on dit : comment concilier les hadiths qui interdisent de pleurer un mort et les autres qui l’autorisent ? Nous répondons ainsi :

Le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a expliqué la réponse selon un hadith rapporté par al-Boukhari (n° 7377) et par Mouslim (n° 923) d’après Ussama ibn Zayd selon lequel quand le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) pleura l’une de ses filles, Saad ibn Ubada lui dit :

– Qu’est-ce que c’est ? !

– C’est de la pitié qu’Allah met dans le cœur de Ses serviteurs. Et Allah n’accorde Sa pitié qu’à ceux qui en éprouvent pour les autres .

An-Nawawi dit : « Cela signifie que Saad croyait qu’il était absolument interdit de pleurer un mort, donc de verser des larmes pour lui ; il croyait encore qu’il l’avait oublié et qu’il devait le lui rappeler… Mais le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) lui a appris que le seul fait de pleurer de manière à laisser couler des larmes n’était pas interdit puisque c’est une bonne manifestation de la compassion. Ce qui est interdit, ce sont les cris et les lamentations qui les accompagnent. A ce propos le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) dit : Certes Allah ne châtie personne pour avoir versé des larmes et éprouvé de la tristesse. Mais Il peut châtier ou accorder Sa miséricorde à cause de celle-ci (il fait un geste pour désigner sa langue .

Selon les Fatawa, 24/360, Cheikh al-Islam Ibn Taymiyya fut interrogé à propos des pleurs de la mère pour son enfant ou des frères pour leur frère décédés, pour savoir si cela a une conséquence négative sur le défunt… Il dit : S’agissant des larmes versées et de la tristesse éprouvée, elles n’entraînent aucun péché. Ce qui est interdit ce sont les pleurs .

Quant aux pleurs provoqués tardivement par le souvenir d’un mort, ils sont tolérables pourvu qu’ils ne soient pas accompagnés de cris ou d’expression de l’insatisfaction du décret d’Allah Très Haut.

Selon un hadith de Mouslim (n° 976) rapporté d’après Abou Hourayra (P.A.a) : « Le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) visita la tombe de sa mère, pleura de manière à faire pleurer son entourage et dit : J’ai demandé à Allah l’autorisation de solliciter le pardon pour elle, et Il me l’a refusée. Et puis je Lui ai demandé de m’autoriser à visiter sa tombe et Il me l’a accordée. Visitez donc les tombes, car elles vous rappellent la mort .

Allah Très Haut le sait mieux

(Tiré du site islamqa question n° 33866)

فإن قيل : كيف نوفق بين هذه الأحاديث التي تمنع من البكاء على الميت والأخرى التي تجيز ذلك ؟

فالجواب :

قد بَيَّن النبي صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ ذلك فيما رواه البخاري (7377) ومسلم (923) عَنْ أُسَامَةَ بْنِ زَيْدٍ أن النبي صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ بكى على ابن إحدى بناته فَقَالَ لَهُ سَعْدُ بْنُ عُبَادَةَ :

مَا هَذَا يَا رَسُولَ اللَّهِ ؟

قَالَ : هَذِهِ رَحْمَةٌ جَعَلَهَا اللَّهُ فِي قُلُوبِ عِبَادِهِ ، وَإِنَّمَا يَرْحَمُ اللَّهُ مِنْ عِبَادِهِ الرُّحَمَاءَ .

قال النووي :

مَعْنَاهُ أَنَّ سَعْدًا ظَنَّ أَنَّ جَمِيع أَنْوَاع الْبُكَاء حَرَام , وَأَنَّ دَمْع الْعَيْن حَرَام , وَظَنَّ أَنَّ النَّبِيّ صَلَّى اللَّه عَلَيْهِ وَسَلَّمَ نَسِيَ فَذَكَرَهُ , فَأَعْلَمَهُ النَّبِيّ صَلَّى اللَّه عَلَيْهِ وَسَلَّمَ أَنَّ مُجَرَّد الْبُكَاء وَدَمع العَيْنٍ لَيْسَ بِحَرَامٍ وَلا مَكْرُوه بَلْ هُوَ رَحْمَة وَفَضِيلَة وَإِنَّمَا الْمُحَرَّم النَّوْح وَالنَّدْب وَالْبُكَاء الْمَقْرُون بِهِمَا أَوْ بِأَحَدِهِمَا كَمَا قال النبي صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ : ( إنَّ اللَّه لا يُعَذِّب بِدَمْعِ الْعَيْن وَلا بِحُزْنِ الْقَلْب وَلَكِنْ يُعَذِّب بِهَذَا أَوْ يَرْحَم وَأَشَارَ إِلَى لِسَانه) اهـ .

وسئل شيخ الإسلام ابن تيمية – كما في « الفتاوى » (24/380) – عن بكاء الأم والإخوة على الميت هل فيه بأس على الميت ؟ فقال رحمه الله : ( أما دمع العين وحزن القلب فلا إثم فيه , لكن الندب والنياحة منهي عنه ) اهـ .

أما بالنسبة للبكاء على الميت ولو بعد مدة من الزمن فليس هناك حرج من ذلك بشرط ألا يصحبه نياحة أو ندب أو تسخط على قدر الله تعالى .

روى مسلم (976) عن أبي هريرة رضي الله عنه قال : زار النبي صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ قبر أمه فبكى وأبكى من حوله ، فقال : ( استأذنت ربي في أن استغفر لها فلم يؤذن لي ، واستأذنته في أن أزور قبرها فأذن لي ، فزوروا القبور فإنها تذكر الموت ) .

والله تعالى أعلم .

Ensuite se hâter pour les funérailles :

Selon Abu Hureyra, le Prophète ( صلى الله عليه وسلم) a dit : « Précipitez-vous quant aux funérailles ; si le défunt était une personne vertueuse, c’est alors un bien que vous lui apporterez et que vous lui donnerez. Et si ce défunt n’était pas une personne vertueuse et pieuse, c’est alors un mal que vous enlevez de vos épaules. » – Sahih Muslim (944)

عن أبي هُرَيْرَةَ -رضي الله عنه- قال: قال رسول الله -صلى الله عليه وسلم-: أَسْرِعُوا بِالْجِنَازَةِ فإنها إن تَكُ صالحة: فخير تُقَدِّمُونَهَا إليه. وإن تَكُ سِوى ذلك: فشرٌ تَضَعُونَهُ عن رِقَابِكُ.
(مسلم في صحيحه)

D’après Abou Sa’id Al Khoudri (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Lorsque la dépouille d’un mort est posée et que les hommes la portent sur leurs épaules, si la personne était pieuse elle dit: -Avancez moi, avancez moi!- (1) et si la personne n’était pas pieuse elle dit: -Ô malheur à moi, où m’emmenez vous!- (2). Toute chose entend sa voix sauf les hommes et s’ils l’entendaient ils seraient foudroyés ».

(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°1380)

(1) C’est à dire : Avançez moi vers ce qu’Allah m’a préparé comme bienfaits et récompenses.

(2) C’est une parole de regret de la personne qui sait qu’elle est amenée vers les châtiments de la tombe. Parmi ces châtiments le fait que la tombe va se resserrer sur lui au point où ses côtes vont se croiser et une porte vers le feu lui sera ouverte.

عن أبي سعيد الخدري رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : إذا وضعت الجنازة فاحتملها الرجال على أعناقهم فإن كانت صالحة قالت : قدموني قدموني ! وإن كانت غير صالحة قالت : يا ويلها أين يذهبون بها ! يسمع صوتها كل شيء إلا الإنسان ولو سمعها الإنسان لصعق
(رواه البخاري في صحيحه رقم ١٣٨٠)

La personne pieuse quitte la vie de l’ici-bas vers ce qui est meilleur car en effet lors de sa mort il a reçu la bonne nouvelle et il est dit à son âme : -Reçois la bonne nouvelle de la miséricorde d’Allah et de sa satisfaction-. Ainsi il est pressé et impatient d’obtenir ce qui lui a été promis.

(Voir Charh Riyad Salihin de Cheikh ‘Otheimine, hadith n°942)

On devra s’acquitter rapidement des 4 obligations de la Oumma/communauté musulmane envers les défunts qui sont :
– la toilette rituelle.
– la mise en linceul
– la prière du mort sur lui -« salat al janaza“
– de l’enterrer (parmi les musulmans si un tel endroit existe dans le cas d’un pays non-musulmans).

Après le décès

 AlhamduLILAHI il faut savoir que la mort n’est pas une fin en soit ni pour ceux qui nous ont quittés, ni pour ceux qui restent.

Nous pouvons être toujours utile pour nos proches décédés comme nous à informés le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) :

D’après Anas (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit:

« Il y a 7 choses dont la récompense parvient au serviteur dans sa tombe après sa mort: celui qui a enseigné une science, a creusé le lit d’un fleuve, a creusé un puits, a planté un palmier, a construit une mosquée, a laissé un moushaf (Coran) en héritage ou a laissé un enfant pieux qui demande pardon pour lui après sa mort ».

(Rapporté par Al Bazar et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°73, Hadith Hasan li Ghayrihi)

عن أنس رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : سبع يجرى للعبد أجرهن وهو في قبره بعد موته من علم علما أو كرى نهرا أو حفر بئرا أو غرس نخلا أو بنى مسجدا أو ورث مصحفا أو ترك ولدا يستغفر له بعد موته
(رواه البزار و حسنه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ٧٣)
حكم : حسن لغير

D’après Abou Qatada (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Les meilleures choses qu’un homme peut laisser après sa mort sont au nombre de trois : un enfant pieux qui invoque en sa faveur, une aumône continue dont la récompense lui parvient et une science qui profite aux gens après qu’il soit mort ».

(Rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih n°93 et authentifié par Cheikh Albani dans Al Ta’liqat Al Hissan ‘Ala Sahih Ibn Hibban vol 1 p 206 ainsi que par Cheikh Shouayb Arnaout dans sa correction de Sahih Ibn Hibban vol 1 p 295)

عن أبي قتادة رضي الله عنه قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : خيرُ ما يخلُفُ الرَّجُلَ بعدَه ثلاثٌ : ولَدٌ صالحٌ يدعو له وصدَقةٌ تجري يبلُغُه أجرُها وعِلْمٌ يُنتَفَعُ به مِن بعدِه
(رواه ابن حبان في صحيحه رقم ٩٣ و صححه الشيخ الألباني في التعليقات الحسان على صحيح ابن حبان ج ١ ص ٢٠٦ و صححه أيضاً الشيخ شعيب الأرناؤوط في تحقيق صحيح ابن حبان ج ١ ص ٢٩٥)

La demande de pardon

Abou Houreira (qu’Allah l’agrée) a dit : « On élève le degré du défunt après sa mort et alors il dit : Ô Seigneur ! Qu’est ce que cela ? (*)
Il lui est dit : Ton enfant a demandé pardon en ta faveur ».

(Rapporté par Boukhari dans Al Adab Al Moufrad n°36 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Al Adab Al Moufrad n°27, Hadith Hasan lil Isnaad)

(*) C’est à dire : D’où me vient cette augmentation de mon rang et de ma récompense ?

عن أبي هريرةَ رضي الله عنه قال : تُرفعُ للميِّتِ بعد موتهِ درجتُهُ فيقولُ : أي ربِّ أيُّ شيءٍ هذه ؟
فيقالُ : ولدك استغفَرَ لك
(رواه الإمام البخاري في الأدب المفرد رقم ٣٦ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح الأدب المفرد رقم ٢٧)

حكم : حسن الإسناد

Lier les liens de parenté

D’après Abou Bourda (qu’Allah l’agrée), je suis arrivé à Médine, alors ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père) est venu à moi et a dit: Sais-tu pourquoi je suis venu vers toi ?
J’ai dit: Non.
Il m’a dit: J’ai entendu le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) dire: « Celui qui aimerait lier les liens de parenté avec son père alors qu’il est dans sa tombe, qu’il lie les liens avec les frères de son père (*) après sa mort », et il y avait certes entre mon père ‘Omar (qu’Allah l’agrée) et ton père de la fraternité et de l’amour et j’aime lier cela.
(Rapporté par Ibn Hibban et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°2506)

(*) Le sens ici est les amis du père et pas les frères de sang du père.

عن أبي بردة رضي الله عنه قال : قدمت المدينة فأتاني عبد الله بن عمر رضي الله عنهما فقال :

أتدري لم أتيتك ؟
قلت : لا .
قال : سمعت رسول الله صلى الله عليه وسلم يقول : من أحب أن يصل أباه في قبره فليصل إخوان أبيه بعده . وإنه كان بين أبي عمر رضي الله عنه وبين أبيك إخاء وود فأحببت أن أصل ذاك

La periode de deuil en Islam est de 3 jours hormis pour la femme mariée qui sera de 4 mois et dix jours

‘Abdullah ibn Ja’far (qu’Allah l’agrée, lui et son père) relate : « Le Prophète (sur lui la paix et le salut) accorda un répit de trois jours à la famille de Ja’far. Ensuite, il vint les voir et leur dit :  » Ne pleurez plus sur mon frère après ce jour !  » Puis, il ajouta :  » Faites venir les fils de mon frère !  » On nous fit venir devant lui et nous étions comme des oisillons. Il a alors dit :  » Faites venir le coiffeur !  » et il lui ordonna de nous raser la tête. »
Authentique. – Rapporté par An-Nassâ’î.

عن عبد الله بن جعفر -رضي الله عنهما-: أن النبي -صلى الله عليه وسلم- أمهل آل جعفر ثلاثا، ثم أتاهم، فقال: «لا تبكوا على أخي بعد اليوم» ثم قال: «ادعوا لي بني أخي» فجيء بنا كأننا أفْرُخٌ فقال: «ادعوا لي الحلاق» فأمره، فحلق رؤوسنا».
[صحيح.] – [رواه أبو داود والنسائي الكبرى وأحمد.]

L’explication
Signification du hadith : Après la mort en martyr de Ja’far ibn Abî Ṭâlib (qu’Allah l’agrée) lors de la bataille de Mu’tah, le Prophète (sur lui la paix et le salut) accorda à la famille de Ja’far un répit de trois jours afin de permettre à leurs âmes de se consoler et de laisser se dissiper leur tristesse et leur chagrin. Après ce délai, il vint leur rendre visite et leur dit : « Ne pleurez plus sur mon frère après ce jour ! » C’est-à-dire : Il leur a interdit de pleurer au-delà de trois jours car la durée du choc initial du deuil ainsi que la période de tristesse ne doit pas se prolonger ni perdurer après ce laps de temps. Ici, l’interdiction est une interdiction par élévation d’âme étant donné la permission de pouvoir pleurer au-delà de trois jours, à condition qu’un acte illicite n’accompagne pas les pleurs. Ensuite, il a dit : « Faites venir les fils de mon frère ! » Il s’agissait de : Muḥammad, ‘Abdullah et ‘Awf. Ils étaient tous les enfants de J’afar. ‘Abdullah a alors dit : « On nous fit venir devant lui et nous étions comme des oisillons ». L’oisillon est le petit de l’oiseau. En effet, ils étaient comparables à des oisillons en raison de l’état de tristesse qui les avait envahis à la suite de la perte de leur père. « Il a alors dit :  » Faites venir le coiffeur !  » et il lui ordonna de nous raser la tête. » C’est-à-dire : le Prophète (sur lui la paix et le salut) ordonna qu’on leur rase leurs cheveux après avoir constaté que leur mère Asmâ’ bint ‘Umays (qu’Allah l’agrée) n’avait pu trouver le temps de les coiffer, accablée qu’elle était par la mort de son époux dans la voie d’Allah. En voyant la saleté et les poux dans leurs cheveux, il s’apitoya sur leur sort. Et le fait de les avoir rasés constitua un bénéfice, un intérêt et un apaisement pour leur mère qui était préoccupée par son malheur au point de ne plus pouvoir s’occuper des cheveux de ses enfants.

Tiré du site :hadeethenc.com

Pour la femme mariée

Le deuil sera de 4 mois et 10 jours

D’après Zaynab (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Il n’est pas permis à une femme qui croit en Allah et au jour dernier de faire le deuil pour un mort au delà de trois jours sauf pour le mari pour lequel le deuil est de 4 mois et dix jours ».
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°1280 et Mouslim dans son Sahih n°1490)

عن زينب رضي الله عنها قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : لا يحل لامرأة تؤمن بالله واليوم الآخر أن تحد على ميت فوق ثلاث إلا على زوج فإنها تحد عليه أربعة أشهر وعشرا
(رواه البخاري في صحيحه رقم ١٢٨٠ و مسلم في صحيحه رقم ١٤٩٠)

Il n’est pas permis à la femme de se marier durant la période de deuil

Allah a dit: « Ceux d’entre vous que la mort frappe et qui laissent des épouses; celles-ci doivent observer une période d’attente de 4 mois et 10 jours. Passé ce délai, on ne vous reprochera pas comment elles disposeront de leurs propres personnes d’une manière convenable. Et Allah est parfaitement connaisseur de ce que vous faites ».
(Sourate Al Baqara n°2 verset 234)

قال الله تعالى : وَالَّذِينَ يُتَوَفَّوْنَ مِنكُمْ وَيَذَرُونَ أَزْوَاجًا يَتَرَبَّصْنَ بِأَنفُسِهِنَّ أَرْبَعَةَ أَشْهُرٍ وَعَشْرًا فَإِذَا بَلَغْنَ أَجَلَهُنَّ فَلاَ جُنَاحَ عَلَيْكُمْ فِيمَا فَعَلْنَ فِي أَنفُسِهِنَّ بِالْمَعْرُوفِ وَاللَّهُ بِمَا تَعْمَلُونَ خَبِيرٌ
(سورة البقرة ٢٣٤)

Remarque: Il y a une exception à cela, si la femme est enceinte lorsque son mari décède alors la fin de son délai sera le moment de son accouchement.

Allah a dit: « Et celles qui sont enceintes, la fin de leur délai est leur accouchement ».
(Sourate Al Talaq n°65 verset 4)

قال الله تعالى : وَأُوْلاتُ الأَحْمَالِ أَجَلُهُنَّ أَن يَضَعْنَ حَمْلَهُنَّ
(سورة الطلاق ٤)

D’après Miswar Ibn Makhrama, Sabi’a Al Aslamiya (qu’Allah les agrée) a accouché quelques nuits après la mort de son mari, elle est allé voir le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et lui a demandé la permission de se marier, il le lui a permit et elle s’est marié.
(Rapporté par Al Boukhari dans son Sahih n°5320 et Mouslim dans son Sahih n°1485)

عن المسور بن مخرمة أن سبيعة الأسلمية نفست بعد وفاة زوجها بليال . فجاءت النبي صلى الله عليه وسلم فاستأذنته أن تنكح فأذن لها فنكحت
(رواه البخاري في صحيحه رقم ٥٣٢٠ و مسلم في صحيحه رقم ١٤٨٥)

Elle doit rester dans sa maison et ne sortir qu’en cas de besoin

D’après Fari’a Bint Malik (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) m’a dit après le décès de mon mari: « Reste dans ta maison jusqu’à la fin du délai ».
(Rapporté par Abou Daoud, Tirmidhi, Nasai, Ibn Maja et authentifié par Cheikh Albani dans Irwa Al Ghalil vol 7 p 206)

عن الفريعة بنت مالك رضي الله عنها قال لي رسول الله صلى الله عليه و سلم بعد وفاة زوجي: امكثي في بيتك حتى يبلغ الكتاب أجله
(رواه أبو داود و الترمذي و النسائي و ابن ماجه و صححه الشيخ الألباني في إرواء الغليل ج ٧ ص ٢٠٦)

Cheikh Al Islam Ibn Taymiya a dit: « Si elle est sortie pour une chose dont elle a besoin et a dormi chez elle alors il n’y a rien à lui reprocher. Par contre si elle est sortie sans besoin et a dormi dans une autre maison que la sienne sans besoin (…) alors qu’elle demande pardon à Allah et se repente auprès de lui ».
(Majmou’ Al Fatawa 34/28)

Il lui est demandé de délaisser les beaux habits, les bijoux, le parfum, la teinture des cheveux et le kohl

D’après Oum Atiya (qu’Allah l’agrée) : « On nous interdisait de faire le deuil pour un mort au delà de 3 jours sauf pour le mari pour lequel le deuil est de 4 mois et 10 jours. On ne doit pas mettre de kohl, pas de parfum, ni de vêtement teint sauf s’il est teint puis tissé. Et il nous a été autorisé au moment de la pureté, lorsque l’une d’entre nous fais le ghousl pour ses menstrues de faire usage de parfum. Et il nous était interdit de suivre les cortèges funéraires ».
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°5341 et Mouslim dans son Sahih n°938)

عن أم عطية رضي الله عنها قالت : كنا ننهى أن نحد على ميت فوق ثلاث إلا على زوج أربعة أشهر وعشرا ولا نكتحل ولا نطيب ولا نلبس ثوب مصبوغا إلا ثوب عصب وقد رخص لنا عند الطهر إذا اغتسلت إحدانا من محيضها في نبذة من كست أظفار وكنا ننهى من اتباع الجنائز
(رواه البخاري في صحيحه رقم ٥٣٤١ و مسلم في صحيحه رقم ٩٣٨

D’après Oum Salama (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « La femme dont le mari est décédé ne porte pas d’habits teints en jaune ou en rouge, ni de bijoux, elle ne doit pas se teindre les cheveux ni mettre du kohl ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°2304 et authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de Sounan Abi Daoud)

عن أم سلمة رضي الله عنها قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : المتوفى عنها لا تلبس المعصفر من الثياب و لا الممشق و لا الحلي و لا تختضب و لا تكتحل
(رواه أبو داود في سننه رقم ٢٣٠٤ و صححه الشيخ الألباني في تحقيق سنن أبي داود)

Tirés du site : hadithdujour.com

Et ALLAH est le plus savant

والله أعلم

Les 4 Obligations religieuses envers nos défunts

At

Taghsil

La Toilette Rituelle

At

Takfin

La Mise en Linceul

Salât Al Janaza

La Prière Mortuaire

At

Tadfin

L’Enterrement

Contact & Localisation

Pompes funèbres Musulmanes ASSAKINA

Bordeaux – Mérignac, Nouvelle-Aquitaine

Avenue du Maréchal Juin – Centre commercial « Le Burck » 33700 Mérignac

Permanence : 24h/24 – 7j / 7 : 06 30 62 87 02

Fixe : 05 56 35 95 09 / Fax : 05 32 00 12 42

mail : contact@pfmassakina.com

Pompes funèbres musulmanes ASSAKINA

Contact

Pompes funèbres musulmanes ASSAKINA

Pompes funèbres Musulmanes ASSAKINA

Bordeaux – Mérignac, Nouvelle-Aquitaine

Avenue du Maréchal Juin Centre commercial « Le Burck » 33700 Mérignac

Permanence : 24h/24 – 7j / 7 : 06 30 62 87 02

Fax : 05 32 00 12 42

mail : contact@pfmassakina.com